Ma vie de monoparentale… en couple!

Les-10-phrases-a-ne-pas-dire-a-une-mere-debordee_width1024

Ça va faire deux mois que notre petit 2e est né. Deux mois que je m’occupe des enfants du matin au soir et même la nuit. Deux mois que je dors à intervalles de 2h-3h maximum. Deux mois que je fais de mon mieux pour que personne ne manque de rien. Deux mois que j’essaye de donner autant d’attention à ma grande qu’au petit dernier pour que personne ne se sente mis à l’écart. Deux mois que je me lave en 4 secondes et quart. Deux mois que je mange sur une fesse et parfois même que je ne mange pas. Deux mois, ça parait court deux mois, mais je peux vous dire que c’est pas mal ce que ça m’a pris pour réussir à gérer tout ce beau monde là et m’adapter à cette nouvelle réalité.

Deux mois que je tiens la barque en solo… c’est ce qui me pèse aujourd’hui après ces deux mois. Pourtant je ne suis pas monoparentale, mais pourquoi alors je me sens comme si je l’étais. Parce que honnêtement je suis pas mal fatiguée. Je ne dirais pas non à un petit coup de pouce de papa. Je regarde mes amies et leur chum impliqué et je me dis qu’elles en ont de la chance de pouvoir partager tout ça avec quelqu’un. J’ai honte souvent de ma situation alors je n’en parle pas et je souligne les bons coups de mon chum auprès des enfants… peut-être que ça me donne l’impression qu’il est plus présent en faisant ça. Je montre ce qui me tente de ma réalité, car elle n’est pas vraiment belle ma réalité. Du moins elle n’est pas comme je me l’étais imaginée…

Ça me fait aussi de la peine pour les enfants. Je me dis que leur père passe à côté de pleins de beaux moments qui ne reviendront jamais. J’aimerais qu’il crée un lien avec eux aussi fort que le mien. J’aimerais qu’il s’émerveille en les regardant grandir et qu’il prenne part à leur vie dans le quotidien.

Le pire, c’est que je crois qu’il ne se rend pas compte de toute l’énergie que ça me prend pour tenir le bateau et faire en sorte que mes 2 minis humains se réveillent et se couchent chaque jour avec le coeur plein d’amour et la tête pleine de souvenirs.

Je fais place au bonheur dans le quotidien malgré tout, mais je sais que je ne pourrai pas me fermer les yeux ainsi pour toujours. Le jour où les enfants n’y seront plus, que restera-t-il de nous? L’amertume. Mon amertume envers toi. Notre couple n’y sera plus. Qui dois-je blâmer ? Peut-être un peu de nous deux.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s